Lectures,  Romans

WEST – Carys Davies

Quatrième de couverture – John Cyrus Bellman, jeune veuf inconsolé, vit avec sa petite fille de 10 ans, Bess, dans leur ferme de Pennsylvanie. Un entrefilet dans la gazette locale, faisant état d’une découverte stupéfiante, va le sortir de sa mélancolie et de son désœuvrement : de mystérieux ossements gigantesques auraient été déterrés, quelque part dans le Kentucky. Nous sommes au dix-neuvième siècle, et le continent américain demeure pour une large part inexploré. Qu’y-t-il donc à l’ouest ? Se pourrait-il que des créatures fantastiques rôdent dans les terres inconnues qui s’étendent au-delà du fleuve Mississippi ? Bellement décide d’en avoir le cœur net et, s’improvisant aventurier, part à la recherche des bêtes sauvages, en compagnie d’un jeune éclaireur indien, portant le nom de Vieille Femme de Loin.
Dans “WEST“, Bess est livrée à elle-même et aux bons soins d’une tante revêche. Elle passera de longs moments, penchée sur les atlas de la bibliothèque, à suivre en imagination le périple de son père – sans se douter que les monstres n’existent pas que dans les songes ou aux confins du monde, mais qu’ils sont aussi là, bien réels, à notre porte.

Couverture du livre West de Carys Davies
West de Carys Davies

SUR LE LIVRE :

Dans cette étrange épopée à travers l’ouest américain, nous suivons cet homme, Bellman dans son étrange croisade. Pour la première fois depuis la mort de sa femme et empreint d’une volonté de fer, il souhaite goûter à cette liberté. Son imagination, ces rêves de découvertes, Bellman les tient au creux de sa main, dans cet article découpé dont il connaît par coeur les indications. C’est avec une grande obstination et une persévérance sans failles, qu’il part à la conquête de ces animaux mystérieux.

Deux horizons, deux visions qui nous sont racontées. L’aventure réelle du père et celle imaginée par Bess, sa fille, restée seule à la maison. Deux mondes où les rêveries s’entremêlent, où les embûches qui sont, dans les deux cas, existants. Leurs explorations laisseront des traces. Deux questions subsistent alors : lorsque nous partons, ne laissons-nous pas derrière nous le plus important ? Qui du père ou de la fille franchira cette frontière invisible entre le rêve et la réalité ?

CE QUE J’EN AI PENSÉ :

J’avoue avoir été un peu déçue par “WEST”. Ce sujet (qui me plaît beaucoup généralement) est assez intéressant, les deux personnages principaux ont du caractère. Cependant, j’attendais beaucoup plus de cette aventure. On se prend tout de même volontiers au jeu de cette découverte de l’ouest sauvage, une contrée si imprévisible et grandiose. On ressent également assez bien cette soif de liberté et d’horizons lointains. Seulement, je suis restée un peu sur ma faim …!

3 étoiles : ***

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *