Autobiographies,  Lectures

Retour à Birkenau – Ginette Kolinka

Quatrième de couverture : « Moi-même je le raconte, je le vois, et je me dis c’est pas possible d’avoir survécu… » Arrêtée parla Gestapo en mars 1944 à Avignon avec son père, son petit frère et son neveu, Ginette Kolinka est déportée à Birkenau : elle sera seule à en revenir, après avoir été transférée à Bergen-Belsen, Raguhn et Theresienstadt.
Dans ce convoi se trouve deux jeunes filles dont elle deviendra l’amie, Simone Jacob et Marceline Rosenberg, plus tard Simone Veil et Marceline Loridan-Ivens.
Dans “Retour à Birkenau” , Ginette Kolinka raconte ce qu’elle a vu et connu dans les camps d’exterminations. Les coups, la faim et le froid. La haine. Le corps et la nudité. Les toilettes de ciment et de terre battue. La cruauté. Parfois, la fraternité. La robe que lui offrit Simone et qui la sauva.
Aujourd’hui, à 94 ans, dans toutes les classes de France et à Birkenau, où elle retourne plusieurs fois par an avec des élèves, Ginette Kolinka se souvient en fermant les yeux et se demande encore comment elle a pu survivre à « ça ».

«Jusqu’ici, nous étions encore des êtres humains. Nous ne sommes plus rien. »


Couverture du livre "Retour à Birkenau" de Ginette Kolinka
“Retour à Birkenau” de Ginette Kolinka

SUR LE LIVRE :

“Retour à Birkenau” est un témoignage. Un morceau de vie racontée par Ginette Kolinka, qui a vécu l’horreur à l’état pur. Dans son récit, elle nous livre ses impressions, les moments dont elle se souvient, des ressentis aussi. Le moment où elle est arrivée à Birkenau, le moment où elle se rendit compte que les rumeurs sur les camps de travail étaient fausses et puis, le moment où son amie Simone, lui donna une robe.
Oui, Ginette Kolinka parle sans détour. Pas besoin de masquer la vérité, d’embellir les passages trop durs. L’impensable a vraiment existé et elle se bat aujourd’hui pour expliquer, transmettre ce qui lui reste de cette vie passée. Afin de ne jamais oublier.

CE QUE J’EN AI PENSÉ :

J’ai entendu Ginette Kolinka dans la Grande Librairie. Elle m’a bouleversé, comme beaucoup de ceux qui ont vécu les horreurs des camps pendant la Seconde Guerre mondiale.
Son livre est, comme tout témoignage, brut et sensible. On sent une sincérité et en arrière-plan, ce questionnement qui ne l’a jamais lâché : « Comment a-t-elle pu survivre ? ».
On sent également une force, une envie de ne jamais oublier. Et malgré la douleur, une envie de montrer au monde que l’antisémitisme et le racisme sont bien réels et qu’il ne faut surtout pas détourner le regard pour pouvoir avancer.
Encore une fois, je ne peux que m’incliner devant ces personnes, si fortes et déterminées, qui osent prendre leur plume, élever leurs voix… Et raconter.

3 étoiles : ***

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *