Coup de coeur,  Lectures,  Romans

Né d’aucune femme – Franck Bouysse

Quatrième de couverture – « Mon père, on va bientôt vous demander de bénir le corps d’une femme à l’asile.
– Et alors, qu’y a-t-il d’extraordinaire à cela ? demandai-je.
– Sous sa robe, c’est là que je les ai cachés.
– De quoi parlez-vous ?
– Les cahiers…Ceux de Rose. »
Ainsi sortent de l’ombre les cahiers de Rose, ceux dans lesquels elle a raconté son histoire, cherchant à briser le secret dont on voulait couvrir son destin.

Couverture du livre Né d'aucune femme de Franck Bouysse
Né d’aucune femme de Franck Bouysse

SUR LE LIVRE :

Une histoire saisissante, un livre d’émotion. Mais avant tout un roman, qui nous entraîne dans les bas-fonds de l’âme humaine. Un destin, celui de Rose, une jeune fille de quatorze ans, qui voit un jour sa vie basculer. Nous voici projetés dans une ambiance particulière. Un conte, dont les éléments ne nous échappent pas. Une forêt dense et mystérieuse, un « château » terrifiant, une vieille femme acariâtre, démoniaque et un ogre… Et puis, une héroïne. Son destin, raconté dans des cahiers, retrouvés et gardés par un curé bienveillant, elle nous l’expose avec sa voix d’enfant. Avec ses propres mots, francs, son véritable langage. Cette Rose qui nous porte, bien malgré elle.
Nous sommes impuissants face à son sort. Elle, qui nous offre sans détour une petite parcelle tragique de sa vie qui va l’arracher de l’enfance. Nous avons presque peur de l’accepter. Pourtant, entre nous, un lien invisible va s’accrocher. Ce lien, qui va nous tenir tout au long de notre lecture. Et bien au delà.

CE QUE J’EN AI PENSÉ :

Je l’attendais ce livre. Impatiemment. Et ma patience fut récompensée. J’ai eu la chance de faire la connaissance de l’auteur, lors d’une rencontre organisée. Autant vous dire que Franck Bouysse est pour moi, un romancier hors pair et un maître dans son art. Dans “Né d’aucune femme” et fidèle à lui-même, il utilise les failles de l’âme humaine, ces noirceurs, sa sensibilité afin de donner vie à des personnages sublimes et vivants. « Né d’aucune femme » est sans doute l’un des meilleurs livres que j’ai lu depuis ce début d’année. Son style, que j’avais beaucoup apprécié dans « Glaise », fait de ce livre un moment d’exception. Les mots sont sculptés, recherchés et adaptés à chaque identité. Ces mots, qui nous embarquent, nous font peurs, nous paralysent, ne nous laissent aucun répit. J’ai presque du mal à décrire le sentiment que m’a procuré ce roman. Rose restera un peu en moi. Je porte avec elle, le poids de son destin. Je prie avec elle, je respire avec elle, je pleure avec elle. Jamais un personnage ne m’a paru autant réel et humain. Ce livre est sans aucun doute un chef-d’œuvre… bien mérité.

5 (+++++, c’est possible ?) étoiles ***** …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *