Classiques,  Lectures,  Polars/ Thrillers

Misery – Stephen King

Quatrième de couvertureMisery, c’est le nom de l’héroïne populaire qui a rapporté des millions de dollars au romancier Paul Sheldon. Après quoi il en a eu assez : il a fait mourir Misery pour écrire enfin le « vrai » roman dont il rêvait.
Et puis il a suffi de quelques verres de trop et d’une route enneigée, dans un coin perdu… Lorsqu’il reprend conscience, il est allongé sur un lit, les jambes broyées dans l’accident. Sauvé par une femme, Annie. Une admiratrice fervente.
Qui ne lui pardonne pas d’avoir tué Misery.
Et le supplice va bientôt commencer.
Sans monstres ni fantômes, un Stephen King au sommet de sa puissance nous enferme ici dans le plus terrifiant huis clos qu’on puisse imaginer.

Couverture du livre "Misery" de Stephen King
livre “Misery” de Stephen King

SUR LE LIVRE :

Pris au piège par ce livre. Pris au piège par une femme, déterminée à connaître la suite d’un roman (« Misery ») qui n’existe plus.
Perdus dans un coin reculé, nous sommes enfermés avec le romancier Paul Sheldon. On suit ses souffrances, ses délires, ses peurs et ses rêves de liberté… L’histoire est simple, mais Stephen King nous dépeint avec précision une ambiance et des personnages tellement réels, qu’il nous est difficile de reprendre notre respiration. On se sent traqué, épié, on ne sait jamais d’où le coup va partir. Et malheureusement, Paul Sheldon aussi…

MON AVIS SUR CE LIVRE :

Je ne suis pas spécialement une « fanatique » de Stephen King. J’ai lu la série « Ça » et « Salem » quand j’étais plus jeune, mais je n’ai découvert « Misery » que plus tard. J’ai beaucoup aimé cette ambiance pesante dans cette ferme abandonnée, la façon de vivre d’Annie et ses délires psychotiques.
On est happé par l’histoire et par les personnages dont on connaît les peurs et les envies. Tout est extrême.
L’obsession est présente chez les deux protagonistes. Pour Annie, c’ est de pousser le romancier à faire revivre son héroïne préférée. Celle de Paul Sheldon, de trouver un moyen de fuir ce cauchemar.
Angoissant, terrifiant, on est au cœur d’un thriller psychologique tellement bien conçu qu’on en oublie la réalité. On se surprend même à jeter un œil derrière son épaule, afin de voir si Annie n’est pas là, à nous observer…
« Misery » est pour moi, un chef-d’œuvre !

4 étoiles : ****

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *