Coup de coeur,  Lectures,  Romans historiques

Mille femmes blanches – Jim Fergus

Quatrième de couverture – En 1874, à Washington, le président Grant accepte la proposition incroyable du chef indien Little Wolf : troquer mille femmes blanches contre chevaux et bisons pour favoriser l’intégration du peuple indien. Si quelques femmes se portent volontaires, la plupart viennent réalité des pénitenciers et des asiles… L’une d’elles, May Dodd, apprend sa nouvelle vie de squaw et les rites des Indiens. Mariée à un puissant guerrier, elle découvre les combats violents entre tribus et les ravages provoqués par l’alcool. Aux côtés de femmes de toutes origines, elle assiste à l’agonie de son peuple d’adoption…

Couverture du livre "Mille femmes blanches" de Jim Fergus
“Mille femmes blanches” de Jim Fergus

SUR LE LIVRE :

Plongez au cœur des larges plaines d’Amérique, ou l’histoire a fait son œuvre il y a plus d’un siècle. En ce temps-là, le gouvernement faisait face aux peuples indiens, affrontant des querelles incessantes et meurtrières. Dans le but de trouver un compromis de paix, Little Wolf, estimé chef Cheyenne, propose au président Grant, mille femmes blanches. Le but, aider son peuple à se reconstruire et ainsi, lui montrer la voie du monde blanc civilisé. Il est décidé que mille chevaux, trésor inestimable pour leur communauté, seront donnés en échange.
Dans cette pure fiction, basée sur un fond de vérité, on assiste à la démesure et à la haine de la différence raciale. Les femmes, aux premières loges, sont malgré elles tristement projetées dans un projet bancal. Des femmes qui n’ont plus rien à perdre, puisque leur propre gouvernement leur a tourné le dos. Deux mondes qui s’opposent, deux univers, deux folies. L’histoire, relatée par May Dodd, une jeune femme échappée de l’asile pour une raison insensée, nous ouvre une porte sur la vie féroce, le tout dans une nature sauvage et impuissante…

MON AVIS SUR LE LIVRE :

« Mille femmes blanches » est comme on me l’avait indiqué, un livre profondément puissant.
La progression de l’histoire et des aventures de ces femmes, nous enfonce plus loin dans la folie des hommes.
Peut-être est-ce parce que je suis une femme que je m’approprie leurs souffrances, mais en tout cas, je ne suis pas restée insensible. Les ravages qu’ont provoqué ces guerres, les produits dont l’alcool, qui ont soudoyé les peuples indiens et ce besoin de les voir civilisés à tout prix, n’est que la triste vérité. Le reste étant de la fiction, nous avons tout de même un aperçu de la vie sauvage à cette époque.
On passe d’agréables moments en compagnie de ces femmes et de leur quotidien en tant qu’indiennes. Une force s’en dégage, celle qui leur permet de se battre chaque jour. Très émouvant, j’ai eu du mal à arrêter ma lecture. Maintenant que c’est chose faite, je poursuis avec une certaine avidité, le deuxième tome « La vengeance des mères », qui je l’espère, me fera la même forte impression.

5 étoiles : *****

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *