Lectures,  Romans

Le dimanche des mères – Graham Swift

Quatrième de couverture Angleterre, 30 mars 1924. C’est le dimanche des mères, jour où les aristocrates donnent congé à leurs domestiques pour qu’ils rendent visite à leur famille. Jane, une jeune femme de chambre orpheline, le passera en compagnie de Paul, son amant de longue date.
Traversant la campagne inondée de soleil, elle le rejoint pour un dernier rendez-vous car Paul s’apprête à épouser une riche héritière.
Mais les choses ne se déroulent pas comme prévu. Ce dimanche changera à jamais le destin de Jane.

Couverture du livre "le dimanche des mères" de Graham Swift
“le dimanche des mères” de Graham Swift

SUR LE LIVRE :

“Le dimanche des mères” est une véritable ode à la liberté. Mars 1924, par une chaude journée de printemps, on découvre le portrait de Jane Fairchild, jeune bonne de 22 ans. L’Angleterre sort à peine de la guerre et l’aristocratie essaye malgré les changements, de se remettre tant bien que mal sur les rails.
Jane est amoureuse, de la vie et des mots. On se retrouve au plus près de ses pensées, de ses rêves et de ses envies se bousculant dans sa tête. Une journée, peut-être la plus importante de sa vie, où elle verra son destin l’emmener vers de nouveaux horizons. L’histoire est simple d’élégance et de sensualité, l’ambiance de l’époque régnant en arrière-plan. Et on comprend, que rien n’est jamais vraiment acquis.

CE QUE J’EN AI PENSÉ :

Ce livre est un véritable bijou où la psychologie humaine est au premier plan. Nous sommes littéralement dans l’esprit de Jane, dans son imagination et dans ses rêves de liberté.
Elle, simple bonne orpheline, voit sa vie changer et son destin évoluer en ce jour spécial, ce « dimanche des mères ». La narration est vivante, sensuelle et en même temps un peu nostalgique. Le monde est en plein changement après la première guerre, il est temps de faire ses propres choix. Jane, avide de liberté saura les mettre à profit, non sans y laisser une petite part d’elle-même.
D’une belle intensité dans ses personnages et dans sa description d’une Angleterre qui se relève avec difficulté, Graham Swift nous embraque dans un tourbillon d’émotions, de grâce et de mystère.
Une bien jolie découverte !

3 étoiles : ***

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *