Coup de coeur,  Lectures,  Romans

L’Aile des vierges – Laurence Peyrin

Quatrième de couverture – « L’aile des vierges », c’est ainsi que l’on surnomme les chambres réservées aux domestiques à Sherperd House, illustre manoir du Kent où est engagée Maggie Fuller au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Petite-fille de suffragette, fille d’une sage-femme féministe, Maggie aurait pu prétendre à mieux que cette place de femme de chambre. Mais, en ces temps difficiles, la jeune femme cultivée et émancipée n’a d’autre choix que d’intégrer la petite armée d’intendants semblant vivre au siècle précédent. Elle aspire pourtant à un autre destin. Et elle n’est pas la seule au sein de Sheperd House… Contre toute attente, ce pourrait être le début de son long chemin vers l’amour et la liberté.

Couverture du livre "L'Aile des vierges" de Laurence Peyrin
livre “L’Aile des vierges” de Laurence Peyrin

SUR LE LIVRE :

“L’Aile des vierges” de Laurence Peyrin est une ode à la liberté. On découvre l’histoire de Maggie Fuller qui tient de ses ancêtres, des racines féministes et un goût non dissimulé pour les justes causes. Elle va devoir composer, au travers d’une vie un peu chaotique, avec ses émotions et son engouement à cette liberté de femme qui lui est chère. Au cœur de ce livre, les classes sociales, l’amour et l’envie de vivre y sont parfaitement représentés. L’auteur nous offre un magnifique tableau d’après-guerre, où les volontés les plus profondes refont surface, où la vision d’un monde meilleur est à réinventer. Touchant, bouleversant, cynique et drôle… Si l’on avait qu’une seule opportunité, ce serait de lire ce livre.

MON AVIS SUR CE LIVRE :

L’Aile des vierges m’a clairement bouleversé. Sur fond de combat social, liberté et passions amoureuses, Maggie, l’héroïne ne nous laisse aucun répit. Tourbillon est bien le mot qui définit l’histoire de cette jeune femme qui n’a qu’une envie, vivre sa vie à fond, comme elle l’entend.
Entre rebondissements et surprises, j’ai eu du mal à lâcher le récit de cette histoire de femmes.
Car ce sont bien les femmes qui sont mises en avant dans ce roman.
S’il y a bien une chose que j’ai retenue de ce livre, c’est que la liberté s’acquiert avec le temps. Il nous suffit d’aller la chercher malgré nos vies, écoutant nos émotions et notre intuition.
Pour le reste et comme le dit Maggie, paraphrasant Scarlett O’Hara : J’y penserai demain…

5 étoiles : *****

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *